Pour ceux qui se souviennent comme si c’était hier de la magnifique semaine passée dans les travées du POPB à s’extasier devant le tennis de table planétaire, l'attribution du Championnat du monde individuels à la France est une nouvelle pleine de promesses.

« Notre argumentaire était le suivant. Philou a été champion du monde en 1993. Nous avons vécu ce fabuleux Bercy avec ses 90 000 spectateurs. 2013 s’est imposé à nous, c’est une date clef »
, justifie le président de la FFTT Alain Dubois.

La Coupe du Monde en 2011 à Carpentier, le Top 12 Européen à Strasbourg en 2012 et donc maintenant les Mondiaux en 2013 à Bercy ; les grands évènements pongistes se bousculent en France : « C’est notre idée d’organiser régulièrement des manifestations internationales pour développer le tennis de table en France. L’objectif est de faire jouer nos joueurs chez nous. Ils sont devenus nomades. Cela leur sera profitable d’évoluer à domicile et cela permettra à notre public de les voir et bien entendu de les soutenir massivement. »

Les collectivités se sont engagé au côté de la FFTT : « L’Etat s’est déjà d’ores et déjà engagé pour 2013. » Le Conseil Régional d’Ile-de-France et la Ville de Paris étaient eux représentés physiquement à Moscou par Francis Parny, vice-président chargé des Sports et par Jean Vuillermoz, adjoint aux sports de la capitale française. « Ils ont spécialement fait le voyage pour nous soutenir », précise Dubois.

Dix ans après le sacre de Werner Schlager dans un POPB chauffé à blanc, l’organisation millimétrée de l’épreuve est toujours citée en référence dans le monde entier. Alain Dubois dévoile déjà une partie de la méthode qui sera employée : « Nous avons une grande expérience. Dix ans après, on en conserve encore l’acquis. Nous allons juste améliorer ce qui a déjà été fait. » C'est sur le terrain du marketing que la FFTT va se structurer : « Il me semble important de créer une société dédiée au marketing et à la communication. » A l'instar de la société TMS développée par l'ITTF. « Depuis 2 mois, je suis en contact très régulier avec Adham Sharara, le président de l’ITTF. " Avec le soutien des futurs partenaires et des collectivités territoriales, le président français va même plus loin : « Nous allons organiser en amont de la compétition des manifestations dans la ville, pourquoi pas mettre une table devant le Sacré Cœur ou sur le Trocadéro. Prouver que le ping-pong et le tennis de table, c’est la même chose. »

Plus d'ACTUALITE

  • All
  • Handis
  • Internationale
  • Jeunes
  • Nationale
  • Reportage
  • Vétérans
  • Default
  • Title
  • Date
  • Random
load more hold SHIFT key to load all load all
Abonnement newsletter