Capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur accueille la 53ème édition des championnats du Monde par équipes de tennis de table du 28 février au 6 mars 2016. C’est la deuxième fois, après l’édition 2000, que la Malaisie organise les championnats du Monde. L'équipe de France, qui s'envole vers Kuala Lumpur le 24 février, est composée de 9 joueurs : 5 messieurs et 4 dames.

Tous les liens utiles pour suivre la compétition : 

  • Album photos de la compétition (Flickr ITTF)

 Vidéos Best Of des Championnats du Monde (playlist Youtube Ittf) : 

Replays Vidéos des Championnats du Monde 2016 de tennis de table (playlist Youtube Ittf) : 

Replays vidéos Dailymotion FFTT !

Quelle fin cruelle !

L’équipe de France masculine s’est inclinée en quarts de finale des championnats du Monde par équipes contre l’Angleterre. Une immense déception, à la hauteur des espoirs fondés par un début de compétition parfait. Avec 5 victoires et 1 défaite, les Bleus prennent la 5ème place finale.

Les Anglais brisent le rêve tricolore

Un point. Un seul petit point. C’est tout ce qu’il aura manqué à l’équipe de France masculine pour inscrire une page de l’histoire de tennis de table tricolore aux championnats du Monde par équipes 2016. Opposés à l’Angleterre, une équipe que les Tricolores avaient croisés et vaincus en poule, les Bleus de Patrick Chila ont livré une bataille homérique. Une bataille qu’Emmanuel Lebesson était tout proche de remporter en se procurant une balle de match à 11-10 lors de la belle de la partie décisive contre Paul Drinkhall, son coéquipier à Boulogne-Billancourt. Mais il était dit que ces championnats du Monde souriraient à l’Angleterre. Car revenus de l’enfer après deux défaites initiales dans la phase de poules, les Anglais surfent sur une réussite insolente qui leur a permis d’écarter successivement la Pologne puis la France, à chaque fois lors de l’ultime partie de la rencontre. Pour les Français, le coup est dur. Les yeux plein de larmes, la bande à Simon Gauzy quitte une épreuve qu’elle avait rêvée historique. Elle restera malgré tout exceptionnelle.

Patrick Chila, capitaine de l’équipe de France : « C’est dur, très dur. Les joueurs sont tellement déçus… Malheureusement il faut un vainqueur dans ce genre de matchs. On savait que ça n’aurait rien à voir avec le match de poule. On a eu un grand Liam Pitchford en face. La préparation n’a pas été optimale, Manu Lebesson a appris ce matin la naissance de son fils. Ça fait beaucoup d’émotions dans la même journée. Malgré tout, on arrive à avoir une balle de match. On est passés par tous les sentiments. A 2-1 je pensais que c’était bien parti, après on croit que c’est fini à 10/6 contre Manu à la belle. Il revient, il a une balle de match, on se dit qu’il peut finir et derrière on échoue à 13/11. C’est le sport, c’est comme ça. Il ne faut pas oublier tout ce qu’on a fait mais pour le moment c’est difficile de voir le positif. On reste sur des bons résultats aux Jeux européens et à l’Euro, ici on fait un très bon résultat. On aurait signé pour un quart de finale avant de partir mais tu en veux toujours plus, surtout avec une balle de match. »

Les Bleus en 1/4 de finale !

A cinq mois presque jour pour jour de l’ouverture des Jeux de Rio, l’équipe de France masculine de tennis de table a donné du corps et du souffle à ses rêves olympiques. A Kuala Lumpur, en Malaisie, ses joueurs ont déjà réalisé une forme d’exploit aux championnats du monde par équipes. Ils ont poussé en grand la porte des quarts-de-finale, au terme d’un parcours sans faute en phase de poule. Et l’aventure continue, dès vendredi 4 mars, avec une rencontre face à la Pologne ou l’Angleterre décisive pour une place sur le podium. Avant cela, les dames ont rendez-vous avec l'Espagne demain pour une première rencontre de classement.

La performance est historique. En terminant en tête de sa poule, avec cinq victoires en autant de rencontres, l’équipe de France masculine s’invite en quarts-de-finale des Mondiaux par équipes pour la première fois depuis 2006. A l’époque, les Bleus avaient dû s’arrêter à ce stade du tournoi, disputé à Brême, battus 3/0 par une équipe de Chine qui allait tout écraser sur son passage pour décrocher la médaille d’or.

Son parcours à Kuala Lumpur force l’admiration. Simon Gauzy et Emmanuel Lebesson, les deux leaders de l’équipe de France, ont montré la voie sans un pas de travers. Les Français ont dominé sans ménagement les trois équipes réputées inférieures, la Malaisie, l’Angleterre et le Danemark, s’imposant sans perdre un seul match. Ils ont écarté l’Allemagne, nation phare sur le continent européen. Une rencontre où Simon Gauzy et Emmanuel Lebesson ont tous les deux fait chuter Timo Boll, le numéro 1 allemand, classé au 9ème rang mondial. Face à la Suède, l’autre équipe de la poule a priori supérieure à la France, les deux leaders ont réalisé des prouesses. Emmanuel Lebesson (n°73), notamment, est sorti vainqueur du match décisif, en s’imposant 3 sets à 2 sur Mattias Karlsson (n°52).

La performance est historique. Mais elle ne doit rien au hasard. Ces deux dernières saisons, l’équipe de France a prouvé à plusieurs reprises son esprit de corps, sa solidarité et son sens des valeurs collectives. A Bakou, aux Jeux Européens 2015, elle avait su célébrer ce premier rendez-vous continental en montant sur la deuxième marche du podium. Aux championnats d’Europe, quelques mois plus tard en Russie, elle avait décroché la médaille de bronze en se servant des mêmes atouts.

Meilleur exemple de l’esprit de conquête de l’équipe de France masculine : Emmanuel Lebesson. A Kuala Lumpur, le plus âgé des sélectionnés a su se transcender pour écarter Timo Boll et offrir le point de la victoire contre la Suède. Encore irrégulier dans les épreuves individuelles, il ne déçoit jamais dans les compétitions par équipes. Avec Simon Gauzy (n°27), incontestable numéro 1 français, Emmanuel Lebesson constitue un exemple à suivre pour les trois jeunes Français présents à Kuala Lumpur, Tristan Flore, Quentin Robinot et Benjamin Brossier.

L’aventure continue pour les Bleus à Kuala Lumpur. En quarts-de-finale, vendredi 4 mars, ils croiseront la route du vainqueur de la rencontre entre l’Angleterre et la Pologne. Deux adversaires largement à la portée des Français. L’Angleterre, notamment, a cédé 3/0 face aux Bleus en début de semaine lors de la phase de poule. Une victoire les enverrait en demi-finale. Avec, à la clef, la certitude de ramener une médaille. Encore plus historique.

L'exploit des Bleus !

La 2ème journée des championnats du Monde par équipes s’est conclue en apothéose pour l’équipe de France masculine. Survoltés, les hommes de Patrick Chila se sont offerts une victoire de prestige contre l’Allemagne. Avec 3 victoires en autant de rencontres, la qualification pour les 8èmes de finale est assurée. En attendant peut-être mieux à l’issue des deux dernières rencontres de poule.

Gauzy et Lebesson tailles patron

Piliers de l’équipe de France masculine, Simon Gauzy et Emmanuel Lebesson ont une nouvelle fois prouvé aujourd’hui leur capacité à se sublimer sous le maillot tricolore. Après un succès acquis avec autorité contre l’Angleterre en début de journée, les deux tricolores se sont montrés étincelants contre l’Allemagne. Simon Gauzy a idéalement lancé l’équipe en arrachant une victoire déterminante à la belle contre Steffen Mengel avant qu’Emmanuel Lebesson ne livre un véritable récital contre Timo Boll, n°9 mondial. Agressif, tranchant et précis, le « doyen » de l’équipe de France masculine n’a laissé aucun répit à son adversaire pour signer un net succès 3 manches à 0. Brillant lors des Jeux européens et de l’Euro 2015, Emmanuel Lebesson confirme sa faculté de pouvoir hausser considérablement son niveau de jeu lorsqu’il s’agit de défendre les couleurs de l’équipe de France. La défaite logique de Benjamin Brossier contre le défenseur Ruwen Filus n’a pas suffi à semer le doute dans les esprits tricolores. Car l’équipe de France peut désormais compter sur un vrai leader, Simon Gauzy. Tombeur de Timo Boll en Bundesliga quelques jours avant de rejoindre la Malaisie, le n°1 français a remis ça en s’imposant à la belle au cours d’un match à très haute intensité. Ils couraient après depuis un moment, les Bleus sont parvenus à accrocher l’Allemagne à leur tableau de chasse.
Si le résultat est excellent, les Tricolores en sont convaincus : le plus dur reste à faire. Dès demain, ils croiseront avec la Suède, quart de finaliste des derniers championnats d’Europe.

Emmanuel Lebesson : « Je ressens beaucoup d’émotion et beaucoup de fierté pour toute l’équipe. On se qualifie pour la première fois au moins pour les 8èmes de finale, en espérant peut-être mieux. Au-delà de ma performance personnelle, je suis très content pour cette jeune équipe. »

Simon Gauzy : « Je suis très fier, j'ai beaucoup de respect pour Timo Boll, pour tout ce qu'il apporte au tennis de table et pour tout ce qu'il a accompli en Europe. Ce fut le meilleur match de ma carrière je pense. Je viens de battre une légende, même s'il n'était pas aujourd'hui dans sa meilleure forme. »

La sélection française !

  Quelques heures après la fin du tournoi de sélection qui a vu Quentin Robinot valider son ticket pour les championnats du Monde par équipes (28 février au 6 mars 2016 en Malaisie), la Direction technique nationale vient de compléter la sélection masculine en attribuant deux wild-cards à Tristan Flore et Benjamin Brossier.

 Jean-Claude Decret, responsable du haut niveau : « La compétition de sélection a été d’une bonne qualité, peut-être l’une des meilleures organisées. C’est une compétition particulière dans la mesure où un seul joueur gagne sa sélection. Le choix des wild-cards a été très compliqué. Nous nous sommes basés sur les résultats internationaux depuis les championnats d’Europe 2015. Les bonnes performances réussies par Benjamin Brossier et Tristan Flore ont fait pencher la balance de leur côté par rapport à Stéphane Ouaiche. Nous n’avons pas pu retenir Adrien Mattenet. En effet, il est précisé dans les règles de sélection que les joueurs souhaitant postuler à une sélection nationale doivent participer aux regroupements des équipes de France. Adrien connaissait la règle, à notre grand regret,  il ne s’est jamais libéré une seule fois depuis le début de cette saison.»

Teaser 

  

Plus d'ACTUALITE

  • All
  • Handis
  • Internationale
  • Jeunes
  • Nationale
  • Reportage
  • Vétérans
  • Default
  • Title
  • Date
  • Random
load more hold SHIFT key to load all load all
Abonnement newsletter