TENNIS DE TABLE - Adrien Mattenet et Emmanuel Lebesson, ont la lourde tà¢che de succéder à  la génération Gatien, lors des championnats du monde individuel au Japon...

source : http://www.20minutes.fr

Emmanuel Lebesson (G) et Adrien Mattenet (D) lors du premier jour de stage pour la préparation des Mondiaux à  l'INSEP, le 16 avril 2009. S.POUZET/20 Minutes.

Emmanuel Lebesson (G) et Adrien Mattenet (D) lors du premier jour de stage pour la préparation des Mondiaux à  l'INSEP, le 16 avril 2009. S.POUZET/20 Minutes./

Ne cherchez plus Jean-Philippe Gatien, Patrick Chila ou Damien Eloi. Les jeunes pousses ont pris la relève. Ils sont déjà  à  table, et très affamés. «On a vraiment les crocs et la niaque pour essayer de faire aussi bien que Gatien », là¢che le pongiste Emmanuel Lebesson, 21 ans. Avec son compère du même à¢ge Adrien Mattenet, ils sont les fers de lance de la nouvelle équipe de France. Ils participent aux championnats du monde à  Yokohama (Japon), qui débutent mardi. Champions de France de double en 2008, Mattenet et Lebesson, symbolisent, à  eux deux, le début d une nouvelle ère dans le tennis de table tricolore. Pariez sur le vainqueur de la coupe du monde de tennis de Table


Après une première participation aux Mondiaux, en 2007 à  Zagreb, les deux pensionnaires de l INSEP sont, cette fois-ci, sur le devant de la scène. «C est la plus grande compétition avec les JO. C est très important pour moi de bien jouer, de développer mon meilleur tennis de table, annonce Mattenet. Si j arrive à  sortir un joueur dans le top 20, ce sera déjà  bien. »

«Les anciens ont mangé les générations »

Depuis le retrait de Chila et Eloi à  la fin des Jeux de Pékin, Lebesson (123e mondial) et Mattenet (76e), piaffaient d impatience pour reprendre le flambeau. Bientôt dix ans qu'un représentant du tennis de table tricolore n'est pas monté sur un podium. En 2000, le double Gatien-Chila avait obtenu le bronze aux JO de Sydney. Autant dire une traversée du désert.

Pourquoi la relève s est-elle fait attendre?  «Les générations ont été mangées par les anciens qui ont continué », explique Emmanuel Lebesson. Même avis pour son ami et partenaire de double, «Dédé » Mattenet. «La fédération a tout misé sur les Mousquetaires [Gatien, Chila, Eloi, Legût] parce qu ils avaient des résultats. Derrière, au niveau détection des joueurs, elle n a peut-être pas forcément fait ce qu il fallait », ajoute l'étudiant en informatique.

«C était l érosion. On vieillissait. On était un peu rincé »

Et puis, ce n est pas évident de succéder à  un champion comme Gatien. «Reconstruire une équipe de France, c est difficile, estime l entraîneur national Stéphane Hucliez. Pour cette génération qui arrive, il y a un poids sur leurs épaules. Il faut être patient. » Le capitaine pense que les générations intermédiaires n avaient «pas la mentalité pour atteindre le haut-niveau ». Mattenet et Lebesson, champion d Europe juniors par équipes en 2005, savent en tout cas oà  ¹ ils veulent aller. «Ils mettent toute leur envie et ont un côté professionnel », déclare celui qu'on surnomme «coach Raymond ».

Dernier rescapé de l ère Gatien et présent aux Jeux de Pékin, Christophe Legût est aussi du voyage japonais. Du haut de ses 35 ans, il assume son «rôle de grand frère ». «Je vais essayer de faire profiter de mon expérience. Ils sont à  l écoute et très demandeurs », poursuit-il.

Du sang neuf qui va faire du bien pour stopper l hémorragie. «Avant, il n y avait pas de places pour les jeunes. On était quatre dans les vingt meilleurs mondiaux. Puis, c était l érosion. On vieillissait et on avait une vie de famille, confie Legût, 56e mondial. C est plus de la gestion de carrière que l envie de battre les meilleurs. On était un peu rincé aux entraînements. »

Rendez-vous dans trois ans

La transition entre les générations s est faite naturellement car «tout le monde tire vers le haut ». Pour Stéphane Hucliez, «le groupe est reparti sur une nouvelle dynamique ». Ces Mondiaux constituent encore un apprentissage. Les Chinois, qui ont réalisé le grand chelem aux derniers JO, sont «intouchables pour l instant », selon les joueurs.

«Il faut attendre un peu pour voir des résultats, martèle l entraîneur. L objectif, c'est d'obtenir une médaille aux championnats d Europe en 2010 et de qualifier la France pour les Jeux de Londres. » «Les Chinois seront encore les meilleurs. Mais dans trois ans, je leur dis attention! », sourit Adrien Mattenet. Rendez-vous est pris, vingt ans après la première médaille olympique de Gatien.      

Bertrand Tang

Plus d'ACTUALITE

  • All
  • Handis
  • Internationale
  • Jeunes
  • Nationale
  • Reportage
  • Vétérans
  • Default
  • Title
  • Date
  • Random
load more hold SHIFT key to load all load all