Le tennis de table, nouvel eldorado des parieurs tricheurs ? 

Franceinfo a recueilli le témoignage d'une joueuse de tennis de table victime d'une tentative de corruption lors d'une compétition internationale.

Ecouter le reportage : 

La manipulation des compétitions - autrement dit, des matches truqués dans le cadre de paris sportifs - gangrène le sport amateur et professionnel. Pour lutter contre ce fléau, la France a mis en place il y a un an une plateforme de surveillance. Les douze pays qui utilisent ce dispositif sont réunis vendredi 31 mars à Paris pour échanger leurs informations.

À cette occasion, pour tenter de mesurer la réalité de cette manipulation, franceinfo a recueilli le témoignage d'une joueuse de tennis de table qu’on a essayé de corrompre lors d'un championnat international. Cette pongiste étrangère que nous appellerons Rosalie* a aidé la police française à identifier l'homme qui lui a demandé de tricher en la contactant sur le réseau social Facebook.

2000€ pour perdre un set

"J’ai reçu un message d’une personne que je ne connaissais pas. Il m’a envoyé : ‘Je t’ai vu en live sur un site russe, faudrait qu’on s’arrange, que tu gagnes serré un match’", raconte Rosalie. "Je me suis demandé pourquoi il m’écrivait ça à moi. Donc je lui ai écrit : ‘Tu te rends compte que je peux te dénoncer pour ce genre de message ? On n’a pas le droit de truquer les matchs’", poursuit-elle. Son interlocuteur lui répond alors : "C’est pas truquer, c’est juste gagner 4 sets à 1 au lieu de 4-0. Tu gagnes 2 000 euros juste pour perdre un set'", rapporte la pongiste, qui refuse tout net. "Même si 2 000 euros c’est énorme en tant que sportive, pas une seconde je me suis dit que j’allais les accepter", nous dit-elle.

Leur échange ne s’arrêtera pourtant pas là.

"Il n’a pas été menaçant, mais il m’a recontacté ensuite en me disant : ‘Tu m’as dénoncé ? C’était une blague’... Comme si j’allais culpabiliser. Mais je sais très bien que ce n’était pas une blague. Et je n’ai pas répondu", nous explique Rosalie.

Le tennis de table, cible plus facile que le tennis ou le foot

Ce n’est pas un hasard si le tennis de table est devenu la nouvelle cible des parieurs-tricheurs qui sont, pour la plupart, basés en Asie. Selon Pim Verschuuren, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques, il y a deux raisons principales à ce phénomène.

"Premièrement, c’est parce que le marché des paris sportifs est très florissant en Asie. Ces petites mises vont être disséminées selon la méthode classique de schtroumfage (murfing en anglais), comme on le voit dans d’autres secteurs où il y a du blanchiment d’argent, pour éviter les radars de détection qui repèrent cette corruption. La seconde raison,c'est que les joueurs de tennis de table sont bien moins payés que des footballeurs par exemple ou des tennismans", explique le chercheur.

Notre témoin n’est d'ailleurs pas la seule à avoir été prise pour cible.

"J’ai des connaissances qui l’ont été aussi", nous dit-elle. "Du moment où on est sur les tables télévisées, je sais qu’on peut parier sur nous. On voit des personnes qui le font. Mais ça ne m’était jamais arrivé personnellement qu’on me demande", poursuit-elle.

Si elle n’a pas cédé à l’appel du gain, elle se doute des arguments employés par les parieurs-tricheurs.

"Je sais qu’en double on ne perd pas de points pour son classement, il y a moins d’argent à gagner. Donc si tu "balances" un match, que tu fais exprès de le perdre, personne va le voir, c’est moins flagrant qu’en simple et il y a moins de conséquences. Donc je pense qu’en double ça arrive souvent qu’il y ait des paris malheureusement", constate-t-elle.

Les personnes qui acceptent, c’est souvent uniquement financier. On a peu d’argent qui circule dans notre sport. Quand on va en compétition et qu’on fait huitième de finale, on touche 300 dollars, Rosalie, joueuse de tennis de table à franceinfo

Si elle n'a pas cédé aux sirènes de l'argent, Rosalie "pense que certaines personnes pourraient être tentées."  Et elle ajoute :

"Si quelqu’un dit : ‘Tu fais exprès de perdre en huitième de finale et je te donne 2 000 euros’, alors que, si elles gagnent, elles n'en touchent que 500, suivant d’où tu viens et que tu galères à payer ton loyer, je pense que certaines personnes pourraient être tentées." 

En proie à une vraie mafia 

Les intermédiaires chargés d’approcher les sportifs appartiennent souvent à une organisation criminelle, avertit Corentin Segalen, coordinateur de la plateforme nationale l’autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL).

"C’est le même type de mafia que l’on peut avoir sur le trafic d’armes, sur le trafic d’êtres humains, sur le trafic de drogue. On a eu des cas d’athlètes, notamment en Grande-Bretagne, qui ont été menacés, dont la famille a été menacée par les mafias pour lever le pied pendant un match", rapporte-t-il.

On est en face de personnes potentiellement très dangereuses. Une fois que vous avez mis le doigt dans l’engrenage, après ils vous tiennent. Corentin Segalen, coordinateur de la plateforme nationale de l'autorité de régulation des jeux en ligne - à franceinfo

Comment procéder si on est approché pour une tentative de corruption ? Pour Corentin Segalen, Rosalie a "fait exactement ce qu’il fallait" . "Elle va comprendre ce qui se passe, donc elle va reconnaître" ajoute-t-il. "Ensuite, elle va refuser et elle va nous contacter, rapporter ce cas. Le temps, c’est la clé. Dans toutes ces affaires, il faut que l’on puisse intervenir le plus rapidement possible pour la propre sécurité des athlètes", insiste Corentin Segalen. La protection des lanceurs d’alerte et leur entourage est l'un des enjeux de la lutte contre la manipulation des compétitions sportives.

* Le prénom de notre témoin a été modifié.

Source : http://www.francetvinfo.fr 

Plus d'ACTUALITE

  • All
  • Handis
  • Internationale
  • Jeunes
  • Nationale
  • Reportage
  • Vétérans
  • Default
  • Title
  • Date
  • Random
load more hold SHIFT key to load all load all